Maman blabla - Mon accouchement...

Hello tout le monde j'espère que vous allez bien ? que votre lundi démarre pas trop en fanfare ? Nous comme tout les lundis c'est tout en douceur pour bien commencer la semaine...

J'ai décidé que tous les lundis (du moins je vais plutôt essayer de mis tenir) de vous parler de sujet blabla. Mais vous allez me dire de quoi elle parle encore cette maman nuage, tout simplement le lundi je vais parler de sujet qui me tienne à cœur, comme : l'école, l'évolution de mes enfants, de la préparation de leurs anniversaires, de sujet tabous, de décoration....

Enfin bref pleins de sujets regroupés dans cette catégorie BlaBla...

Donc pour bien commencer cette rubrique je vais vous parler de mon accouchement, qui fût un accouchement intense niveaux psychologiques, que physiques... Je préfère prévenir si des futurs mamans passent par là, ne prenez pas mon cas pour une généralité et si vous préféré pas savoir comment s'est passé pour moi, je peux comprendre....



Donc nous voici la nuit du mercredi à jeudi 20 avril, j'ai commencé à avoir des contractions toutes les 5 minutes mais elles étaient on va dire supportable étant à 36 semaines de grossesse, je me suis donc dit que je faisais un faux travail (chose qui m'est souvent arrivé quand j'attendais mon premier) puis elles ont continué toutes la nuits de la même façon malgré un bon bain, Doliprane et j'en passe... Toute la journée du jeudi continua avec ces contractions toujours les même en temps et intensité, je fini donc ma journée comme j'ai pu et décidé d’allée à la maternité pour faire un check-up au cas où...
(J'ai donc du faire ma valise maternité en quatrième vitesse au cas où)

Nous sommes donc le jeudi soir et j'arrive à la mater on m’ausculte on m'annonce donc que je suis à 2 centimètre et que le travail commence et qu'il me garde pour la nuit, donc la danse des monitorings, des allers-retours dans la mater commença pour surveilla tout ça (et oui je vous dis pas la panique des sages femmes et de moi même vu que j'étais qu'à 36SA avec un bébé estimé à terme avec un petit poids de naissance...)
  Puis le matin le travail n'avait toujours pas pris d'ampleur (j'étais toujours à 2 centimètres) et les contractions toujours au même points, après un changement de garde, le nouveau gynécologue décide de m'hospitaliser pour surveiller au mieux l'évolution, la journée continua dans la même danse et le soir on décida de m'administrer une piqure de Lubin (morphine) pour calmer les contractions, car oui il est cas même trop tôt pour mettre au monde ce petit bout bien pressé.

Je passe donc la nuit de jeudi à vendredi comme je le peux, toujours avec ses fichus contractions qui n'ont aucun effet sur mon col, mais sur mon corps... Je peux vous dire que j'en pouvais plus j'avais mal au ventre j'avais l'impression qu'il se déchirait à chaque contractions. Puis dans la mâtinée du vendredi mes contractions s'intensifient toutes les 3 minutes et plus fortes, mais toujours aucun effet sur mon col, malheureusement étant à 36SA et quelques brouettes, on peut rien pour moi il faut que je patiente jusqu'à 37SA pour avoir le droit à un déclenchement donc le mardi qui suis, je vous dis pas ma tête de désespérer. La journée continua dans la même danse, heureusement que j'avais une équipe de sage femme au top...

Puis la soirée arriva et toujours pareil, heureusement que bébé se portait bien malgré toutes ses contractions, on me perfusa de doliprane pour atténué un minimum la douleur mais non ça marche pas avec moi.

Chaque jour de plus est un calvaire pour mon corps, les douleurs et le psychologique car je vous ai pas dit mais mon grand devait se faire opérer de ses oreilles dans la même clinique le lundi qui arriva à grand pas, et la peur de pas être là pour lui...

La nuit fût horrible et la journée du samedi n'en parlons pas on me donna des cachets pour stopper les contractions mais toujours aucun effet sur moi, je crois qu'ils étaient tous autant désespéré pour moi, je passa ma journée entre les monitorings, touchés vaginaux et allers-retour dans ma chambre comme je pus. On continue donc de la même façon la nuit du samedi au dimanche et la journée du dimanche...

A bout de force je craque, je pleure, je crise j'en pouvais plus de la douleur je me sentais prisonnière de cette grossesse et malgré que chaque jours était une bataille pour qu'il reste au chaud, on fond de moi je voulais juste qu'il sorte car j'en pouvais plus et oui j'étais toujours à 2 centimètre et des contractions douloureuse toutes les 3 minutes...

Mais tout s’accéléra dans la nuit du dimanche au lundi ce que je craignais car le lundi matin c'était mon grand qui était hospitalisé pour son opération, donc son père était chez nous pour pouvoir l'emmener au lever du soleil.

Minuit mes contractions devenaient insupportables malgré la piqure de morphine injecté quelques heures avant, en pleurs je descendis en salle d'accouchement comme je pu et là, la sage femme m'examina j'étais donc à 4 centimètres et pas loin d'accoucher, j'ai donc appeler mon mari en quatrième vitesse, qui du déposer le petit prêt pour l'opération chez ma mère il était 3 heures du matin . On me demanda si je voulais donc la péridurale vue qu'a la base je voulais un accouchement sans. 


J'accepta à bout de la douleur et de fatigue, une fois posé mon mari arriva et je dormi une petite heure, jusqu'au moment où je senti la poche des eaux se rompre. A peine le temps d'appeler la sage-femme que je senti bébé arrivait, ils ont du appeler le gynécologue, la pédiatrie et le service néonat en urgence pour le bon déroulement de l'accouchement.

Je poussa donc 20 minutes et là je sorti mon bébé pour le mettre sur moi il était 4h50 du matin et mon bonhomme en bonne santé, avec un bon poids et une bonne santé ce qui lui évita la néonat à mon grand bonheur et oui un accouchement sportif mais tout ce mal pour un bébé en bonne santé, ça en valait la chandelle....

 

Bon mon mari à peine le bébé sorti un bisous et il parti rejoindre ma mère arrivait à la clinique pour faire opérer mon grand, que de l'émotion pour tout le monde mais pour la deuxième merveille de ma vie...

Nous voilà avec un petit Bryan 2kilos550 pour 45cm un minuscule bébé mais qui a pris une grande place dans mon cœur...

Et vous votre accouchement ?

Bout de nuage / Mére en fille

Phasellus facilisis convallis metus, ut imperdiet augue auctor nec. Duis at velit id augue lobortis porta. Sed varius, enim accumsan aliquam tincidunt, tortor urna vulputate quam, eget finibus urna est in augue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire